Accueil > Environnement > L’alerte sécheresse est maintenue

Malgré quelques averses orageuses locales prévues dans la semaine à venir, les prévisions météorologiques annoncent un maintien des conditions sèches de fin d’été avec des températures repartant à la hausse. Cette situation accentue le déficit des débits des cours d’eau, notamment sur le Tarn et les Gardons.

Le bassin versant du Tarn passe en crise et le bassin versant des Gardons passe en alerte renforcée.
Les bassins versants du Lot, du Bramont, du Chassezac et la rivière Colagne restent en « alerte renforcée » et les bassins versants de l’Allier, de la Truyère, de la Colagne et du Tarnon restent en « alerte ».

Le franchissement des seuils de débit définis pour la gestion de la sécheresse implique une limitation des usages de l’eau dans le département de la Lozère.
Vous pouvez consulter ici l’arrêté préfectoral les définissant.

En situation d’alerte, sont interdits :
– le remplissage complet des piscines privées, à l’exception de la première
mise en eau pour celles en construction ;
– sur le cours d’eau « la Colagne », l’alimentation en eau des canaux
d’agrément, en particulier ceux desservant les anciens moulins (une attention
particulière est donnée à ces opérations afin de ne pas porter préjudice à la
faune piscicole lors de la fermeture de ces canaux).
sont interdits de :
✗ de 9 heures à 19 heures et de 22 heures à 6 heures pour les mois de
juin, juillet et août ;
✗ 9 heures à 18 heures et de 22 heures à 6 heures du mois de
septembre, inclus, au mois de mai, inclus ;
– l’arrosage des jardins privés (pelouses, fleurs, potagers, etc.) ;
– l’arrosage des espaces verts, pelouses et massifs de fleurs publics.
est interdit de 8 à 19 heures :
– l’arrosage des stades et des espaces sportifs de toute nature (terrains de
sport, golf, etc).
Usages économiques
Les installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE)
doivent limiter leurs prélèvements au strict débit nécessaire à leurs activités
conformément à leurs arrêtés préfectoraux d’autorisation.
sont interdits :
– l’irrigation entre 11 et 19 heures sauf pour les organisations collectives
d’irrigation pourvues d’un règlement d’arrosage intégrant des niveaux
d’économies d’eau de 25 % validés par le service en charge de la police de
l’eau ;
– sur le cours d’eau « la Colagne », l’alimentation en eau des « rases » rive
droite les semaines paires et rive gauche les semaines impaires (le côté de la
rive s’entend en descendant le cours d’eau et la semaine commence le lundi) ;
– sur le cours d’eau « la Colagne », l’alimentation en eau des canaux de
microcentrales et donc le turbinage.

Mesures de restrictions au seuil d’ALERTE RENFORCEE
Tous les usages
sont interdits :
– le remplissage complet des piscines privées, à l’exception de la première
mise en eau pour celles en construction ;
– l’alimentation en eau des canaux d’agrément, en particulier ceux
desservant les anciens moulins (une attention particulière est donnée à ces
opérations afin de ne pas porter préjudice à la faune piscicole lors de la
fermeture de ces canaux) ;
– le lavage des voiries, sauf impératif sanitaire. L’utilisation des balayeuses
laveuses automatiques n’est pas concernée par cette interdiction ;
– l’arrosage des pelouses, des espaces verts privés, des jardins d’agrément ;
– l’arrosage des espaces verts, pelouses et massifs de fleurs publics, hors les
arrosages par goutte à goutte.
sont interdits de :
✗ de 9 heures à 19 heures et de 22 heures à 6 heures pour les mois de
juin, juillet et août ;
✗ de 9 heures à 18 heures et de 22 heures à 6 heures pour les mois de
septembre, inclus, au mois de mai, inclus ;
– l’arrosage des jardins potagers ;
– l’arrosage des espaces verts, pelouses et massifs de fleurs publics par goutte
à goutte.
sont interdits :
les mardis, jeudis, samedis et dimanches
et de 6 heures à 22 heures les lundis, mercredis, et vendredis :
– l’arrosage des stades et des espaces sportifs de toute nature (terrains de
sport, golf, etc.).
Usages économiques
Les ICPE doivent limiter leurs prélèvements au strict débit nécessaire à leurs
activités conformément à leurs arrêtés préfectoraux d’autorisation.
sont interdits :
les samedis et dimanches et de 8 h à 21 h les autres jours de la semaine :
– l’irrigation sauf pour les organisations collectives d’irrigation pourvues d’un
règlement d’arrosage intégrant des niveaux d’économies d’eau de 50 % validés
par le service en charge de la police de l’eau,
sont interdits :
– l’alimentation en eau des « rases » sauf nécessité pour l’abreuvement des
animaux,
– l’alimentation en eau des canaux de microcentrales.
Mesures de restrictions au seuil de CRISE
Tous les usages de l’eau sont interdits sauf les usages prioritaires permettant l’alimentation en eau
potable, la salubrité et la sécurité publique et l’abreuvement des animaux.
Considérant les faibles besoins en eau et la dépendance totale des systèmes de production vis-à-vis
de l’irrigation, sont autorisées à titre économique exceptionnel, pour les exploitations dont les
activités suivantes constituent le revenu principal :
– l’irrigation des cultures maraîchères, des cultures de plantes à
parfums, aromatiques et médicinales, de 6 à 10 heures, de 12 à 13
heures et de 19 à 22 heures ;
– l’irrigation des cultures arboricoles fruitières et des pépinières de 6 à
10 heures et de 19 à 22 heures les lundis, mercredis et vendredis.
Il en est de même pour l’alimentation en eau des piscicultures sans préjudice des prescriptions
spécifiques les concernant.
Exceptions
Les différentes mesures de restriction imposées pour chaque seuil de restriction ne s’appliquent pas aux
prélèvements :
➢ dans le cours d’eau « le Chassezac » à l’aval du barrage de Puylaurent ;
➢ dans le cours d’eau « le Chassezac » à l’aval du barrage du Rachas pour l’alimentation du canal
d’irrigation de Balemo ;
➢ dans les cours d’eau « l’Altier » et « la Palhères » à l’aval du barrage de Villefort pour l’alimentation
des canaux d’irrigation du Sapet et de Saint-Loup ;
➢ dans le cours d’eau « la Borne » à l’aval du barrage de Roujanel pour l’alimentation du canal
d’irrigation des Beaumes ;
➢ dans le cours d’eau « Allier » à l’aval du barrage de Naussac ainsi que dans la retenue de ce dernier
et dans le plan d’eau du Mas d’Armand ;
➢ les piscicultures qui doivent respecter les consignes de restrictions de leur arrêté préfectoral.
Ces exceptions s’appliquent dans le respect des mesures qui peuvent être prises par les préfets
coordonnateurs des bassins Rhône-Méditerranée, Loire-Bretagne et Adour-Garonne.

carte_sécheresse carte