Accueil > Non classé > Réaction aux propos d’Angélique Michel

marvejols 3

Suite à un article paru le mercredi 15 février 2017, l’équipe majoritaire de la municipalité de Marvejols souhaite apporter quelques précisions. Tout d’abord, nous sommes heureux que Madame Angélique Michel s’intéresse enfin à la vie de la commune dans laquelle elle est élue. Nous commencions à douter de son investissement, elle qui n’a pas siégé en conseil municipal depuis avril 2016. Soit six absences sur huit séances. Cela prouve l’intérêt qu’elle porte aux Marvejolais…

Loin de nous l’idée d’entrer dans une quelconque polémique. Mais nous ne pouvons rester silencieux devant tant de contre-vérités. Dans son interview, Madame Michel déclare que « les élus n’ont pris aucune initiative concernant la dette, même pas une renégociation avec les banques ». C’est faux. Elle devrait le savoir car ces sujets ont été discutés lors du conseil municipal du 17 février auquel elle assistait. Madame Michel évoque aussi les travaux de la mairie dont ceux en cours sur la toiture pour un montant de « 400 000  ». Faux encore. Doit-on lui rappeler que les délibérations votées en 2016 à ce sujet l’ont été à l’unanimité (donc y compris par elle ou l’un de ses représentants) ? Doit-on, aussi, lui redire que le montant de cette première tranche s’élève à environ 180 000 € HT ? Doit-on insister encore sur le fait que la commune n’a à charge que 20 % du montant des travaux puisqu’ils sont financés à 80 % par des subventions ?

Plus tard, Madame Michel évoque 60 000 € de dépenses pour du mobilier funéraire. Rappelons qu’il s’agit des travaux de réfection du columbarium. Un investissement nécessaire (et voté à l’unanimité). S’en insurger prouve le peu de respect qu’elle porte aux familles de défunts marvejolais.

Est-ce utile de revenir sur ses propos concernant la revitalisation du centre-bourg ? C’est un dossier qu’elle ne connaît pas. Et pour cause, malgré ses engagements, elle n’y a jamais porté le moindre intérêt. Comme sur la plupart des dossiers municipaux. Alors, de grâce, un peu de sérieux. Et de travail, surtout.